Alors que vous étiez sur une route sombre, dans un village abandonné, vous vous êtes retrouvés bloqués, dans l'incapacité total d'aller plus loin. Comment faire à présent, alors que d'étranges êtres vous entourent ?
 
Graphic Eternity  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
APRES DEUX ANS, JOUR POUR JOUR, D'EXISTENCE, NO MAN'S LAND FERME SES PORTES ! MERCI A TOUS CEUX QUI ONT PARTICIPES D'UNE MANIERE OU D'UNE AUTRE A L'ACTIVITE DU FORUM ! Pour en savoir plus rendez-vous ici. Rejoignez nous dès maintenant sur nos autres forums : Closer to the edge, Kings & Queens et Night of the hunters !

Partagez | 
 

 Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Jeu 4 Nov - 23:49

© Fox

Identity card

Je m'appelle Nyle Yasha Kowalski, mais je me fais appeler Ya'. On dit que j'ai 19 ans mais en réalité j'ai 19 ans. Je suis né le 21/12/91 , 21, décembre à Moscou. Avant d'atterir à Bodie j'étais interné. Je suis un garçon, je suis célibataire et je suis bisexuel. J'appartiens aux camisole ou menottes. C'est un personnage inventé.
© Lonely Angel

© alx

Behind the computer

En réalité, je m'appelle Amandine mais sur le net, je me fais appeler Chef-Kiwii, Fallen Hope, pour passer inaperçu. J'ai 16 ans et je viens de Belgique. J'ai découvert le forum grâce à PRD, je le trouve fucking good. Je me connecte un bref passage par jour minimum en général.. Pour mon avatar, j'ai choisi de prendre Ash Stymest, magnifique n'est-ce pas ? Oh et j'ai trouvé le code du règlement, c'était trop facile pour moi, c'est "Lau te félicite !". Je voudrais juste dire : ça sent pas la cacahuètes grillé ? Sortie !

Tell me who you are

Je suis unique. Vous ne trouverez jamais deux personne comme moi... enfin, comme nous. Je suis de ces gosses qui en naissant dans la fange on finalement réussit à faire quelque chose de leur dix doigts. Je suis talentueux et j'aime pratiqué de la musique, que ce soit joué de la guitare, du piano, de la batterie ou chanter. J'ai des facilités pour étudier et il m'est aisé de retenir ce qu'on me dit. Tant et si bien que j'ai toujours énervé mes professeurs au plus haut point. De plus j'ai toujours été quelqu'un de flemmard. Je ne me presse pas car ça ne m'intéresse pas. Je préfère prendre mon temps et progressé là où d'autre filent comme des flèches sans réfléchir. Mur pour mon âge j'ai vu plus de chose que ce qu'on ne devrait en voir en toute une vie. La mort ne me fait pas peur. A vrai dire je n'ai peur de rien. Pas peur de me blesser, pas peur d'avoir mal, pas peur de souffrir. Je m'en fou de ça. Comme je me fou de tout. Je finirais bien par crever quand mon heure viendra. Et si ce n'est pas tout de suite je vais encore un peu en profiter. Je suis quelqu'un de romantique et doux, malgré mon apparence qui peut semblé hostile. Je n'ai cependant aucune difficulté à faire souffrir quelqu'un. En moi bouillonne cet être vil animé par la mort, la peur. Cette peur qui suinte de chaque pores de votre peau lorsque l'heure vient, que la faucheuse se penche sur vous pour vous donné le baiser final. Celui qui scellera votre misérable vie par un échec. Je suis perturbé, malade mental d'après eux. Je ne suis pas malade. Nous ne sommes pas malade. Il y a juste cet autre gars. Cet autre personne qui habite mon corps. Moi c'est Yasha, lui c'est Nyle. Nous avons chacun choisit le nom qui nous correspondait le plus avant de nous retirer. Nyle est froid. Nyle est dangereux, bien plus dangereux que moi. Je peux m'amuser à allumer un feu pour le plaisir de voir les flammes lécher une maison, un appartement, un batiment. Cependant ce ne sera pas lorsque des personnes seront là. Je suis plus discret, je fais les choses en douceur. Vous me voyez arrivé et il est déjà trop tard pour réagir. Cependant, Nyle est plus brutal, plus direct. Il aime joué et manipulé ses proies. Nous n’avons tué que quelque fois. Je ne saurais dire si c’était lui ou moins. Enfin, ça ne me perturbe pas. Pour moi c’est normal. Nous sommes dans un monde de con. De poussières nous retournerons à la poussière. Et si je peux tout cramé avant de partir en fumer, vous inquiété pas que je le ferais. Enfin, je n’agis que pour m’amuser. Les règles ne servent à rien et je les enfreints chaque jours de ma vie. J’en ai rien à faire des lois, rien à faire de ce qu’on me dit. Je dirige ma vie et Nyle en fait autant. Nous n’avons besoin de personne et je pense avoir plus d’ennemis que d’amis. Ce qui n’est pas très étonnant avec le caractère de fou que j’ai. On m'a souvent traité de ouf. Si j'ai envie de piqué un saut dans la super piscine extérieure des voisins, vous inquiétez pas que je vais le faire. Même si j'ai pas de maillot. Je m'en fou des conventions, je me fiches de votre opinion. Pour moi ça ne signifie rien. Et je sais à quel point ça peut vous troublez. Je n'ai besoin de personne d'autre que Nyle, tout comme Nyle à besoin de moi. Nous formons une seule et même personne, le côte clair et sombre de la force. Avec le fun en plus. On est de vrai petit comique dans notre genre. Puis on ne laisse jamais personne indifférent que ce soit en bien ou en mal. Malgré cela, je n'ai jamais connu de réel histoire d'amour. Il faut dire qu'avec l'histoire que j'ai ce n'est pas étonnant. Toutefois, il est étonnant à mon âge de rien connaître au sentiment amoureux. Rien, absolument rien, je n'ai jamais ressentis cela et Nyle ne peut même pas m'aider. Je suis qu'un emmerdeur, fouteur de merdre qui amuse le monde avec ses pitreries, mais derrière cela ce cache quelques choses de plus profonds. Enfermé à double tour dans un coffre scellé par des chaînes enterre dans les profondeurs du cimetière de mon coeur. Je suis plus que tout cela. Je suis plus que Nyle le sadique. Je suis plus que Yasha le romantique qui n'a jamais aimé. Je suis plus que Nyle et Yasha le pitre de service. Mais je ne sais pas ce que je suis. Vous ne le savez pas, on ne sait pas, alors on s'en fou. On oubli.
Je ne suis pas simple. Tout en moi est complexe. Je ne sais pas me décider, le bien le mal. Je balance, Nyle à choisit son camp. Sans foi ni loi il osera s'aventurer où je ne vais pas. Je ne sais pas si je peux me décrire sans amoindrir certains points de ma personnalité. Ma folie, mon besoin irrépressible de mangé au restaurant chinois par moment. Mes envies étranges, mes manies folles. Comme passé une main dans mes cheveux, ou fumé clope sur clope lorsque je ne sais pas quoi faire. J'ai tellement de particularité que je ne saurais même pas toutes les décrires. Je suis complexe et au final c'est tous ce qu'il faut savoir avec : "Ne vous approchez pas"
Are you special ?

Je suis un sorcier. Un sorcier, vous imaginez la bonne blague ? On se réveil un matin et hop, la cape, la baguette, YOUHOUUUU Poudlard, j’arrive.
Non, mais faut arrêté les conneries. Ça ne se passe pas comme ça, pas du tout même. On s’en rend compte petit à petit, tout doucement. Rien ne me prédestinait à avoir des pouvoirs. Ni à devenir fou. J’ai eu beau avoir une vie compliqué et difficile, ce n’est pas pour autant qu’il était prévu quelques part que comme contrepartie j’aurais droit à des pouvoirs de super héro, ou de super méchant. Je ne sais pas dans quel camp on peut m’inclure. Au milieu sûrement, je fais partie des neutres. Mais mes pouvoirs pourraient être intéressant pour les deux camp. Tout d’abord je sais contrôler la peur. Oui, c’est bien ça, j’arrive à vous rendre anxieux. A intensifié vos crainte jusqu’à vous donnez l’impression que rien d’autre n’existe. Vous avez peur de vous faire trompé ? Je peux vour donné l’impression que c’est le cas. Vous aurez alors peur. Très peur, des palpitations, vos mains moite, une incapacité à réfléchir correctement ou à faire quoique ce soit tant vous tremblerez. Je suis un peu le monstre imaginaire qui dormait sous votre lit enfant. Ma présence dans la pièce peut vous faire perdre pied et vous plongez dans un tourbillon de doute et de peur enfantine ou non remontant à la surface. C’est un pouvoir très utiles pour déconcentré quelqu’un ou faire diversion. La personne accaparé par ses démons intérieure ne sait plus faire la différence entre ses craintes et cauchemars de la réalité.
Je peux donc contrôler vos peurs mais aussi part un simple contact ressentir tout ce que vous avez vécu. C’est un don horrible que je ne contrôle pas. Il vous suffit de me bousculez dans la rue et il m’apparaît un flash de l’essence de votre vie. Il s’agit là d’un don très capricieux. Je n’ai droit qu’à des fragments d’image se suivant pour la plupart métaphorique. Je vois les choses de différente manière. Il peut s’agir d’ une toile blanche apparaissent sur un fond noir, ou d’une télévision sur lesquelles apparaisse des images diverses. Il s’agit souvent d’image de mon propre passé que j’ai vu lors de ma vie et qui me permette de comprendre ce qui vous est arrivez. Il m’est déjà arrivé de voir des champs de batailles, des images que j’avais vu à la télévision dans un film. Cependant, les acteurs principaux avait été remplacé par des émotions, des sensations. La personne que j’avais croisé se trouvait en proie au doute quant à savoir si elle devait se mettre en couple ou non. Il s’agit donc bien d’un don très subjectif qui peut être mal interprété lorsque je ne comprends pas les signes qu’on m’envoie. Toutefois, si le contact est volontaire et que la personne me touchant désire me montré quelque chose de précis il y a de forte chance que j’arrive à capter la chose. Je ne suis pas encore assez expérimenté que pour l’affirmer, mais la plupart du temps ça marche ainsi.
Je ne saurais dire si cette dernière chose est un don ou un fardeau. J’ai l’impression d’avoir tellement vécu avec qu’il me semble avoir toujours vécu ainsi. Pourtant je ne saurais toujours pas dire si j’apprécie la chose ou non. D’après les médecins je suis schizophrène. Mon esprit brisé par un événement traumatisant aurait dissocié ma personnalité pour créé deux personne distincte. Cela afin de protégé l’innocence qui me resterait. Mais je ne pense pas que ça soit vrai. Nyle est une part intégrante de ma vie. Il ressent ce que je ressens, voix ce que je voix, touche ce que je touche et me demande parfois la permission de sortir de la boite où il est enfermé une bonne partie de ma vie. Je lâche parfois les rennes et le laisse prendre le contrôle. Nous sommes sur la même longueur d’onde, on profite de la vie donc ça va. Cependant, Nyle est plus extrême que moi. Là où j’allumerais un petit feu sans conséquences pour des vies, il allumera un feu et restera à le voir consumer tout sur son passage jusqu’à l’instant décisif où il faut courir sous peine d’être avaler par les flammes. Il est moi, mon contraire et mon jumeau. C’est complexe comme lien ce qui nous unit. Enfin, il est bien plus utiles que ce qu’on pourrait le croire de prime abord car il a cet esprit combatif que je n’ai pas et dès lors qu’il faut sauver notre peau, il m’aide à tenir. J’ai besoin de lui pour avancer car là où je n’ai pas assez de force pour continuer. Il est là pour reprendre le flambeau, bien qu’il me cause souvent du tord. Je suis la glace et il est le feu. Il s’enflamme pour un rien et est prêt à tout pour arriver à nos fins, même lorsque je suis contre. Alors je m’y suis fait.
Tell me how you are

Je suis quelqu’un de mince. Svelte pour un garçon, il n’empêche que je mange comme deux pourtant. Mes yeux clairs sont souvent perdu dans le vague et mon teint blafard donne souvent l’impression que je ne dors quasiment jamais. Ce qui enfaîte est quasiment le cas. Mes yeux s’assombrissent sous l’effet de la colère ou alors lorsque j’utilise mes pouvoirs (ou qu’il s’agit de Nyle). Je ne suis pas bien grand, pas bien gros, mais on me fait souvent remarqué que je suis beau. Mon visage dégage une aura étrange qui attire souvent les personnes qui ont du mal à ne pas me détailler du regard. Je suis extravaguant. Je peux porté de tout et du n’importe quoi. Sortir en pyjama dans la rue ne me dérange pas et je suis quasiment certain que ça m’irait comme un gant. Enfin, j’ai une préférence pour les habits qui se distinguent du reste. Vous me verrez très très rarement avec un vulgaire pantalon similaire à celui de toute une génération d’attardé qui se voient obligé d’écouté papa maman pour vivre. Non, moi j’aime ce qui est unique, ancien et particulier. J’ai du mal à me détacher de ce qui m’appartient, c’est pourquoi il m’arrive encore de porté des habits usées plus que de raison bon à la poubelle, encore et encore. J’aime les vêtements troué, les jeans déchiré au couleur sombre et sobre. Mes cheveux sont souvent en bataille, et à force de passer ma main dans ceux-ci ils leur arrivent de se retrouver dans une pagaille monstre. Néanmoins je m’en fiche. Vous pensez ce que vous voulez, mais moi j’aime bien. Je ne suis pas particulièrement beau, je ne suis pas particulièrement moche. Je m’accepte tel que je suis et par mon assurance froide et indifférente je dégage un petit truc qui vous submerge.

Are you strange ?

Je suis un grand fan de piercings et tatouage. Ainsi j’ai deux tatouages sur chaque bras. Un sur l’avant bras et l’autre sur l’épaules. Je les adores, se sont mes petits bijoux et je les exhibe fièrement. En plus de ces tatouages j’arbore un élargisseur à l’oreille gauche. J’adore tellement ça que je pense m’en faire encore un. Enfin, ce n’est pas tout. N’ayant pas toujours eu une vie facile, j’ai une cicatrice dans le bas de mon dos. Une marque bien plus blanche que ma peau, causé par un couteau.


Dernière édition par N. Yasha Kowalski le Ven 5 Nov - 21:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Jeu 4 Nov - 23:50



© matchbox

Il faisait froid. Noir et froid. Je ne me souviens pas de ma naissance. Je ne sais pas si j'ai eu mal, ou si j'étais incapable de ressentir quoique ce soit. Je me souviens juste du froid. Cette froideur incompréhensible qui prend vos jambes. Aujourd'hui encore je la ressens alors que j'y repense. Ce fût un instant décisif dans ma vie. On ne choisit pas comment on naît, on ne choisit pas son trajet, ni sa famille, mais on le subit. Et moi j'ai du beaucoup subir la chose. Je suis né le 21 décembre à minuit précise. Cette heure étrange ou la réalité se dissocie du songe. Je ne suis qu'un songe, un mensonge partagé entre de pitoyable adulte qui ne croient qu'à demi-mot. Il faisait froid ce jour là. La neige recouvrait Moscou d'une pureté immaculé indescriptible. L'hôpital où j'ai vu le jour était crasseux, miteux même. Je n'en ai aucun souvenir, lorsque j'ai voulu y retourné des années plus tard la battisse était en ruine. Ce n'est que par la suite qu'on comprend cette impression de froid. Cette fêlure dans mon coeur glacé. A la faveur d'une moitié de nuit, la lune berçait Moscou qui dormait depuis quelques heures déjà. Les rues gelé n'était pas accueillante et un homme marchait d'un pas vif un bambin dans ses bras. Je ne saurais dire s'il avait peur, s'il redoutait son geste où s'il regrettait déjà de devoir faire ça. Toutefois, malgré toutes les pensées qui ont pu traversé son esprit à cet instant décisif où il posait ce bambin sur le parvis d'un orphelinat , il ne revint pas en arrière. Ne se retourna pas pour regarder ce fils qui reniait préférant s'éteindre dans la nuit. J'aurais pu mourir. Sans aucun doute, j'aurais dû mourir. Les nuits d'hiver dans Moscou sont mortel. Il suffit de rester prostré assis quelques heures dans se froid pour attraper une crève qui ne vous lâchera pas jusqu'à vos derniers instants. Il aurait du m'arriver là même chose. C'était même tout à fait normal que je rende mon dernier soupire face à cette rue, vide, gelé. Mais je ne le fis pas, j'étais trop accroché à la vie que pour la lâcher ainsi en cours de route. Peut-être aurait il fallu que je la lâche lorsque je repense à tous ce qui m'est arrivé par la suite. Je n'avais pas commencé mon histoire en passant par la grande porte. Je faisais plutôt parti de ses gens sur lesquelles on ne pariait pas. De ceux qu'après deux épisodes on s'attend à ce qu'il meurt. Les faux super héros qui finissent par revenir à la réalité leur rêve déchu et leurs espoirs brisé. Je faisais et je fais parti de ces gars là. Ceux sur qui on ne pari pas et c'est bien comme ça. De toute manière, depuis le temps les choses ont changé... Tellement changé.





© ADASTRA

Finalement on me trouva, pleurant, geignant, tentant par tout les moyens de me faire remarquer. J'avais réveillé la directrice de l'orphelinat. Elle avait une trentaine d'années à l'époque des cheveux décoloré à force de caché les cheveux blanc qui pointaient le bout de leur nez tant elle était stressé par son métier. Trop d'orphelin à placé, pas assez de pièce, de chambre, de lit pour les caser. Sans compter le manque de personnel. Elle s'appelait Ada. Je n'ai jamais su d'où elle venait, ni même ce qui l'avait poussé à reprendre cet endroit miteux pour en faire un orphelinat. Je lisais juste l'amour dans ses yeux, la crainte de voir les orphelins et moi même tourné mal, ainsi que le besoin croissant de se reposer au fil de la journée. Je ne fus pas un petit garçon particulièrement ennuyant. Je dormais beaucoup, me reposant des heures et des heures. Il m'arrivait même de ne pas me réveiller à l'heure du biberons alors qu'autour de moi les autres enfants se plaignaient car ils avaient faim. J'étais unique, particulier. Personne ne me ressemblait, mais à l'époque je m'en fichais. La vie à l'orphelinat n'était pas aisée. Toutes mon enfance je la passais enfermé entre quatre mur. D'abord entouré d'autre bébé, puis seul. J'aimais la solitude, passé des heures enfermé dans ma chambre à fixer l'extérieure en me demandant quand je pourrais sortir de cette prison, à me demandé quand mes parents reviendraient me rechercher. A l'époque je me séparais jamais d'Andy. L'ours en pluche rabibocher par Ada. Elle me le donna en échange de ma participation aux activités de l'orphelinat. J''avais quatre ans et je n'en faisais déjà qu'à ma tête. Je parlais toujours comme un bébé, zozotant là où d'autre parlait assez bien. Je fus éduqué par la télévision, afin de démontré ma participation aux activité, j'attrapais Andy par le bras, je descendais les escaliers qui menait au hall central et j'allais dans la salle de jeu. Là j'allumais la télévision avant de m'asseoir à même le sol à regarder les images défilé devant mes yeux. J'aimais les couleurs, j'aimais les sons. J'aimais jusqu'aux odeur qui se mêlaient dans ce haut lieu de mon enfance. C'était mon monde, le lieu ou je grandis entouré d'enfant plus et moins âgé que moi. Nous étions une sorte de grande fratrie. J'avais des frères avec qui j'apprenais la vrai vie et je devais protégé mes soeurs. Pour moi c'était normal. Enfin au début, à cette époque tout était encore normal. Je n'avais pas de problème, rien pour troubler cette quiétude qui régnait autour de moi. J'avais des frères qui me comprenaient. Qui ressentaient ma douleur. Celle-ci même qui me forçait à pleurer parfois la nuit en attendant que mes parents viennent me bercer avec leur amour. Ils me comprenaient, mais en même temps ne ressentait rien en comparaison de moi. Certain avaient été abandonné au même âge que moi, d'autre était là car leur parents ne savaient plus s'occupé d'eux, d'autre avaient vécu leur décès et n'avaient nulle famille pour les récupéré. Nous étions une bande d'orphelins, tous brisé au fond de nous, à cherché la faille, cette erreur, ce trou qu'il fallait colmaté pour empêcher le navire de sombré. Et j'ai longuement cherché sans jamais trouvé. Ça continuait à faire mal, mais j'étais entouré, il me restait cela au moins. Ces amis, ces frères qui m'étaient chère à l'époque. Je les avais eux, avant qu'il ne disparurent.

Ça se produisit à mon huitième anniversaire. Une énième journée de neige, une énième années passé à ne rien faire à proprement dit de moi. J'allais à l'école, mais je m'y ennuyais, je rentrais à l'orphelinat, mais j'étouffais. J'étais, j'avais besoin d'être libre. Ne pas être libre signifiait mourir à petit feu et je ne voulais pas disparaître. Il m'arrivait donc parfois de passé par la porte des cuisines et surtout dans Moscou. J'appréciais particulièrement ces ballades passées à la faveur d'une lune clémente qui se fichait bien du reste du monde. C'est ainsi que dans une vie réglementé par mon coeur, j'avançais avec lenteur me rapprochant d'une fille plus jeune que moi, mais terriblement capricieuse et mature. Je l'adorais. Elle et sa manie de tout savoir sur tout. De ne jamais vouloir rien dire et resté longuement muet là où d'autres ne pouvaient s'empêcher de parler. Kaya était la meilleure, la plus mignonne des filles de l'orphelinat, et fût la seule qui continua à m'approcher après ce qui s'en suivit. J'avais huit ans, j'étais prêt à me lancer enfin dans quelques choses qui pourrait m'intéresser lorsqu'un événement sans nul pareille se produit. Ce fût le première événement qui me troubla particulièrement. Je me souviens avoir été dans la cafétéria de l'orphelinat lorsque ça m'arriva pour la première fois. Je mangeais tranquillement lorsque ça se produisit pour la première fois. Les personnes se trouvant autour de moi parurent effrayée. Leur yeux posé sur moi suintaient la peur alors que les uns après les autres ils se mirent à reculer. Changé de place. Les bébés se mirent à pleuré et je me retrouvais rapidement isolé comme si se trouvait entre moi et le reste du monde un champ de protection de cinq mètre. Ce fût le début de ma pénitence. Le début de ma solitude. Une réel malédiction. Comment faire pour grandir lorsqu'à chaque fois que quelqu'un pose ses yeux sur vous, il est tellement effrayé que son seul réflexe est de courir se caché, claqué des dents et se mettre à pleuré en espérant que sa terreur ne passe ? Dans ces cas là on ne grandit pas. On se retrouve seul. Enfermé dans une bulle dont on ne peut s'échapper, on conserve une distance afin de ne pas souffrir en voyant leur regard révulsé, dégoûté. Et on ne comprend rien. Plus que tout, on ne comprend pas ce qui se passe et ça vous détruit, à petit feu. La solitude est un enfer pour celui qui ne l'a désire pas plus longuement. C'était un enfer pour moi et c'est ainsi que je vécu trois ans durant. Trois ans ou je cru devenir fou à cause de mes cauchemars, de mes heures passées dans ma chambre à fixé la fenêtre à craindre à nouveau le froid de décembre. Il m'arrivait de pleuré toutes les larmes de mon corps, de m'énervé tant et si bien qu'il m'arrivait de casser des choses pour me défouler. Je devenais fou. La solitude m'étreignait trop violemment et il m'était parfois dur de réprimer cette colère qui bouillonnait en moi. Il était trop difficile de laissé passé les jours, les semaines, les mois. De voir défiler ce temps que je perdais sans en souffrir. C'est alors que j'atteignis mes onze ans qui me sembla que pour la première fois de ma vie je redevenais normal. Il s'agissait là d'une journée comme les autres. Un autre retour à pied de l'école du quartier, mon cartable usé jusqu'au centre du cuir dans le dos, je marchais seul, encore et toujours. Je marchais sans faire de vague avançant . C'est alors qu'elle apparu, à l'angle d'une rue. Je ne savais pas dire depuis combien de temps je ne l'avais plus vue. Je ne passais plus beaucoup de temps avec les autres enfants de l'orphelinat, je vivais reclus dans ma chambre éloigné des autres. Je mangeais à des heures différentes et je faisais tout mon possible pour ne jamais les croisés. Ce que j'arrivais avec brio. Cependant je n'avais jamais prévu que je puisse la croisé un jour sur le chemin de notre école. Ce fût pourtant ce qui se produisit. Malgré le temps qui était passé je n'avais pas oublié son regard profond et dégoûté qu'elle avait posé sur moi avant de se détourner pour sortir de la cafétéria. Elle était ma meilleure amie, la seule personne à qui je pouvais tout confier. La douleur que je ressentais à cause de l'abandon de mes parents. Je lui disais tout et désormais c'est fini. Je n'avais plus droit à un regard d'elle depuis trois ans, plus un sourire, plus une nouvelle. C'est ainsi que nous reprenions le contact. Dans une bousculade pas prévu qui me fit manqué de perdre l'équilibre. Étrangement elle ne s'enfuit pas. Ce fût comme si elle se rendait à nouveau compte de ma présence. Comme si elle voyait en moi autre chose que l'être qui l'avait révulsé et l'avait empêcher de me reparlé depuis trois ans. Ce jour là nous avions passé toute l'après midi à parlé, à rire comme au bon vieux tant de tel manière que j'appris qu'une famille bourgeoise de la ville l'avait adopté et qu'elle vivait dans le luxe désormais. Nous étions à des années lumières l'un de l'autre et par la suite ce fût encore plus le cas, malgré notre nouvelle complicité naissante.





© Mia

-Yasha tu es fou!! Complètement fou, qu'est-ce qui t'arrive ? Un instant tu es doux comme un agneau tu me souris, l'instant d'après tu es le pire des enfoirées. Je ne comprends plus rien. Je ne comprends plus ! Puis j'en ai marre de toi. T'es cinglé, y a un truc qui tourne par rond chez toi ! Je m'en vais. Je m'en vais tu comprends ?
-Casse toi, j'en ai rien à faire, puis appelle moi Nyle poupée, c'est plus joli comme prénom.
-Salaud.


La vie est souvent dur, ce serait mentir de dire que les choses finissent par s'arranger. Pour le reste du monde oui. Pour eux, oui, mais pas pour moi. J'ai eu beau y croire, de toute mes forces, m'accroché lors de ces soirs trop noir où la peur rongeait mes entrailles. Cependant, ça ne s'arrangea pas. rien n'y faisait. La vie fil, la vie avance et fonce sans jamais regardé en arrière et soit on rentre dans la danse soit on s'écroule. Ça ne sert à rien de regarder avec envies les autres alors que vous vous trouvez vous mêmes sur le bas côté. Il faut apprendre à se lever se battre et faire de son mieux pour arriver à comprendre qui on est réellement. C'est ainsi que ma vie avançait. Chaque jours je me remettais en question. J'étais toujours seule, terriblement seule. Cependant Kaya était là pour moi. Elle s'excluait volontairement et nous vivions dans notre bulle protectrice en se fichant du reste du monde. C'est avec elle que je passais les étapes les plus importante de ma vie. Mon premier baiser, ma première cigarette, mon premier joint, ma première dose. Ma première expérience etc. J'avançais dans une histoire que nous étions deux à écrire et ce n'était pas tout les jours facile. Elle avait un fichu caractère et à cet époque tout était encore trop dur pour moi. Je ne contrôlais rien, je ne comprenais pas que cette malédiction était un pouvoir et lorsque Nyle vint troubler un peu le tout, je perdais pieds. J'avais 13 ans, et voila que nous nous retrouvions à deux pour prétendre à régner sur un seul corps. Ce fût difficile au début. Nyle s'immisçait dans ma tête, mes pensées. Pour lui c'était amusant, il aimait me troubler, me parlé à des moments où j'avais besoin d'être seul. Il aimait prendre possession de mes membres quand je ne m'y attendais pas, me faire vivre des nuits de crainte alors que j'avais peur de le voir se charger de moi tel un marionnettiste se mettant à jouer avec son pantin. J'avais peur au début et lorsqu'il m'arrivait de manqué des minutes, des heures, des jours, de ma propre vie. Je me prenais à craindre le pire. Je ne me rappelais pas des promesses que j'avais faite, j'oubliais des rendez vous avec Kaya. J'étais perturbé, pas seule, mais ça ne pouvait pas tarder. Kaya ne pouvait pas inlassablement revenir vers moi. Il devait forcément arrivé un moment où elle allait craquer. Ou mes paroles incompréhensible la prendrait de cours et où elle ne pourrait plus faire la sourde oreille à ces menaces que je prononçais sans les comprendre. C'est pourquoi du jour au lendemain, après une énième dispute ou Nyle avait finalement prit le contrôle, je me retrouvais tel un spectateur obligé de voir la scène ultime d'une série qu'il suivait depuis des années, sans pouvoir rien faire pour pousser les choses en sa faveur. C'est ainsi que je la vis partir. C'est ainsi qu'elle sortit de l'orphelinat sans une larme, sans un au revoir. Un arrière goût amer d'instant volé, qu'on ne pourra jamais récupéré. J'avais trouvé Nyle, j'avais perdu Kaya. Une chose contre une autre mais je me demande si je n'aurais pas préféré gardé les choses tels qu'elles étaient. Conserver à jamais Kaya en ma compagnie et jamais n'avoir à la perdre. Toutefois, je me retrouvais avec un double. Une autre personne en moi qui avait la force de faire ce que je ne faisais pas. Qui poussait les derniers mètres qui me manquaient pour atteindre mes buts. Quelqu'un prêt à tout pour notre bien, même au pire. C'est là que tout dégénéra.

J'allais sur mes quinze ans lorsqu'un homme dit d'âge mur décida de m'adopter. A cet époque je me fichais bien de qui il était, de s'il avait de l'argent, s'il allait être gentil ou quoique ce soit. Tous ce qui m'intéressait c'était sortir de cette ville qui avait bercé mon enfance. Fuir Moscou, la Russie et cet hiver perpétuel qui berçait mon âme. Voila pourquoi après un dernier tour de la ville, je fis mes affaires et m'envolais pour l'Amérique en compagnie de celui qui se révéla être un homme d'affaire fraîchement divorcé et à la recherche d'un enfant à la vie des plus pitoyable afin de redoré son honneur. N'importe quoi, surtout que je n'étais pas moi révulsant que par le passé. Je provoquais toujours cette peur panique et incontrôlable vis à vis des autres. Mais comme avec l'arrivé de Nyle ma vie avait été chamboulé, je compris qu'il y avait quelque chose avec moi qui ne tournait pas rond. Un petit truc étrange qui me différenciait des êtres humains normaux. Je me mis alors à m'entraîner afin de comprendre ce qui m'arrivait, quel était cette malédiction qui pouvait aussi bien être un don si j'apprenais à l'utiliser. C'est avec cette état d'esprit que j'entamais ma vie en Californie, Los Angeles. Ma vie était tranquille à l'époque. Je sortais tout les soirs, Nyle ne me faisait pas de misère notre cohabitation devenait aisé, aussi simple que respirer. Je rentrais dans un monde de la nuit qui m'attirait et m'attire toujours autant, j'écumais les bars, achetais mes doses chez mon habituel, j'avais mes manies, mes habitudes, mes connaissances et mon petit monde se trouvait être parfait ainsi. J'avais de l'argent, et s'il m'en manquait je faisais deux trois courses pour des connaissances et c'était fait. Plus que toutes ces merdes que je prenais, je me rendais compte plus le temps filais que ma vie n'avait de sens. Je découvris la musique au détour d'une ruelle dans un bar miteux, je me découvris du talent lors d'une soirée où se rejoignait le pire du gratin de notre ville. J'étais un peu fou, même très fou et bien vite ma réputation grandissante ne plu plus longuement à cet homme qui me donnait un toit, de l'argent et de quoi mangé ainsi que beaucoup de devoirs. Devoirs que je ne respectais pas pour la majorité. Ça ne m'intéressait pas d'être parfait sous tout angle, puis Nyle était du genre à foutre encore plus le désordre que moi. C'était nous deux ça. Des parties intégrantes de nous. Autant je pouvais avoir du talents, des qualités du charmes, autant je ne pouvais supporter de me tenir à carreau si je ne jugeais pas la raison valable. C'est pourquoi tout dérapa. Ma vie qui semblait se mettre en place finit par se désagrégé jusqu'à ne laissé qu'un peu de fumé et une traîné de cendre pour preuve de son passage. C'était il y avait deux ans. J'avais bien profité de l'insouciance qu'on m'avait offerte et il était l'heure que la vie reprenne ses droits. Étrangement cette fois là, elle semblait vouloir faire les choses comme au cinéma.





© Matchbox

-Yasha, ne fait pas ça Yasha, on est ami, non ?
-Nyle, moi c'est Nyle et désolé, mais j'ai jamais pu encadrer ta face…

Après une journée particulièrement éreintante j'étais rentré chez moi. Depuis le temps que ça tournait dans le quartier, tout le monde savait que je traînais avec de la vermine. Il nous arrivait d'aller volé des trucs pour le fun alors qu'on aurait pu se les payer, on s'amusait à terrorisé mes voisins pour le plaisir de les voir crevé de peur surtout que je me délectais de ce sentiment si particulier que je pouvais provoqué chez quiconque. Les choses étaient simple. Je m'amusais, faisais la fête, je sortais, fumais. C'était le pied, aucune attache, un endroit où loger. J'aimais ça et j'en profitais. Cependant, ce soir là, contrairement à d'habitude mon père adoptif était là. Sur le comptoir de la cuisine se trouvait une ceinture ainsi qu'un paquet de clope et une bouteille de whisky. Je n'aurais su dire combien de verre il avait vidé, combien de cigarettes il s'était fumé. Il était loin, c'était tout ce que je pouvais savoir. Et lorsqu'il m'eu par derrière alors que je rejoignais ma chambre. Lorsqu'il passa sa ceinture autour de mon cou pour la première fois, je ne pu que ressentir cette peur étrange m'entailler les veines, brûler mon coeur et dissoudre tous ce qui se trouvait en moi. C'était une bonne leçon d'après William. Un moyen de faire rentrer dans mon petit crâne que je ne pouvais faire ce que je désirais. Une bonne manière de m'inculquer le savoir vivre et les bonnes manières. Je ne pense pas que ça fut le cas. Surtout qu'il recommença de plus en plus souvent, me faisant un peu plus peur à chaque fois. Sentir le cuir frotté contre ma peau, me perturbait. Lorsque je devenais rouge que je n'avais plus d'air à gaspillé, j'avais l'impression de perdre pied et chuté inlassablement. Et ça n'allait jamais plus loin. A part une fois. La dernière. Je perdis connaissance. Le sang ne parvenait plus jusqu'à mon cerveau. Je n'avais plus d'air à respirer et j'allais mourir. Cependant, lorsque j'ouvris à nouveau les yeux je n'étais pas mort, la ceinture toujours autour de mon cou, William se trouvait allongé à côté de moi, mort, froid. Je n'ai jamais su ce qui s'était passé. Jamais su ce que Nyle lui avait fait. Et on ne m'enferma pas. On finit le procès en me libérant prônant la légitime défense. Je pris alors un appartement seul et je me mis à faire de ma vie une oeuvre que je serais seul à comprendre. Je continuais mes frasques. Je buvais, je fumais. Je dilapidais l'argent en ma possession et bien vite je devins un dealer réputé dans le coin, fournissant les riche. J'aimais le risque, j'aimais sentir mes poils se hérissé lorsque je voyais que l'issue était peut-être pas aussi aisée que ce que je croyais.

J'aimais et je détestais ça en même temps. L'adrénaline était une chose que j'adorais, mais je n'aimais pas avoir à blesser quelqu'un. Au début je me répugnais à l'idée, jusqu'à... Jusqu'à ce que je vois Nyle se jeter et descendre un gars qui nous devait du fric, de la pire des manières. Ce fût comme ça que le tout commença. Que mon empire se construisit et que je me tirais moi même jusqu'au dernier acte de ma tragédie. Mais avant ça je découvris une nouvelle part de moi. Cette part qui pouvait lire entre les lignes. Qui à l'aide d'un simple contact pouvait en apprendre plus que tous les mots. Je m'en suis servit. De nombreuse fois. Lors de mon procès placé sous le silence médiatique, j'ai usé de mes pouvoirs afin d'alléger ma peine. Mais à voir où je suis aujourd'hui, ça n'aura servit à rien. Je fus jugé fou et on me plaça dans un hôpital. On m'a bourré de cachet du réveil jusqu'au couché des mois durant. Je me suis amusé à foutre le bronx. A mettre ma chambre sans dessus dessous, allumé des feu clandestins et me rire de la sécurité. J'ai passé des semaines enfermé dans la pièce d'isolement, seul avec moi même. Nyle ronchonnait beaucoup lorsqu'on nous privait de liberté. Il préférait bien plus pouvoir torturer les autres fou et les membres du personnel, bien que nous évitions tout contact physique. Puis, un jour. A cause de tout le remue ménage que je produisais, ils décidèrent de me déplacer. De me transférer d'un hôpital à un autre. Un vrai long voyage qui devait duré des heures et des heures. Seulement, nous ne sommes jamais arrivé à destination. On est juste atterrit dans un trou paumé. Un trou paumé dont je suis quasiment sur, je n'arriverais pas à me sortir. Vu que je n'en suis pas certain, je peux faire de mon mieux pour tourner les choses à mon avantage.



Dernière édition par N. Yasha Kowalski le Ven 5 Nov - 20:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 28
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 1:05

YOUHOU un nouveau mâle à croquer membre 8D

WELCOOOOOMEUUUUH dans la sectesur le forum
& bonne chance pour ta fiche

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à réveiller nos boîtes à mp, le staff est toujours là
oh ouaiiis on est des dingues nous ... des diiiiiiiiiiiiingues

Bref bref encore bienvenue et merci de nous avoir rejoint ♥️


*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 1:43

Bienvenue parmi nouuuuus = ) !

Un mââââââââââââââââââââââle ! (aa)
Bonne chance pour la fin de ta fiche surtout ♥♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 5:43

Yooooouhoooooou ! Bienvenue Monsieur ♥
J'ai validé ton code ;) Bonne chance pour la suite de ta fiche, si tu as des questions n'hésitent pas. Et amuse toi bien sur le fo' :D
Revenir en haut Aller en bas




avatar

••••••


♦ Messages : 101
♦ Date d'inscription : 03/10/2010




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: En apparence, 23 ans. Mais j'ai en réalité 488 ans.
♦ Groupe: Les dents pointues! Muah ah ah!!
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 8:58

Bienvenue! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 10:19

AHHHHHHHHHHHHH des dingues.
Ah mes ça c'est cool... j'ai le droit de faire partie de la secte hum du clan très élitiste de ce forum...

Merci à vous tous ^^
Je finis ma fiche en cours d'après midi voir en soirée ^^
Revenir en haut Aller en bas


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 28
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 12:22

owi owi rejoins nous dans cette secte 8D
mouahahahahahah

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


The Own of a VAMPIRE is to KILL


avatar

••••••


♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 25/09/2010
♦ Age : 31




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 757 ans
♦ Groupe: Vampires
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 12:39

Bienvenue parmi nous!!!
Bon courage pour ta fiche! Ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Mad MenLeave Me Alone

avatar

Mad Men ♣ Leave Me Alone
••••••


♦ Messages : 931
♦ Date d'inscription : 19/07/2010
♦ Age : 28




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 30 ans
♦ Groupe: I'am Mad !!!
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 13:39

Bienvenue sur le fow ^^

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Because I got nowhere to run
And nowhere to hide
I'm running from the enemy inside
I'll fight for my life
Because I want to survive
This is the end of me
I am the enemy
(c) gif by Lilie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 18:45

Bienveeeeeenue et bonne chance pour ta fiche et la suuuuite :D
Revenir en haut Aller en bas


SADDIE-LOU
Trust me, I'm dangerous.


avatar

SADDIE-LOU☠ Trust me, I'm dangerous.
••••••


♦ Messages : 1741
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Particularités : Possibilité de se transformer en eau et en feu (totalement ou une partie de son corps). Peut contrôler les émotions des autres, et toutes les autres capacités des sorciers.
♦ Localisation : A Bodie, et c'est bien parce que je n'ai pas le choix !




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Les sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 19:45

Bienvenuuuuuuuuue :D
Nous t'acceptons volontiers dans notre secret sur le forum =D
Je vois que ta fiche est terminée, ou presque. Manque plus que la partie "Identity Card" et "Behind the computer" et ce sera tout bon :D
Amuse-toi bien

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:08

Merci à vous tous.

Oh yeah je fais parti de la secte, j'ai intégré la secte *fais le moonwalk * Rock n\' Roll I've got the power Yeah ! Banane

Bon sur ce, je pense pouvoir dire que j'ai fini ma fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 28
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:13

avant de lire ta fiche, je dois dire que tu m'as tué avec ta cacahuète grillée ...

O.O

MY GOOOOOOOOD ON A TROUVE UN PSYCHO,ENCORE !!!!!! YAHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

*m'en vais lire ta fiche mon canard en sucre allégé*

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:15

xD
Ouais, faut grillé toutes les cacahuètes afin qu'elles n'envahissent pas le monde
*mode Nyle on* Sérieux faudrait l'interner...
*mode Nyle off* c'est déjà fait --"
Revenir en haut Aller en bas


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 28
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:33

Ah d'accord ... Si tu le dis ... SUS AUX CACAHUUUUUUUUUUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEETES !!!!

Feu

Mon pitit schizo, j'ai lu ta fiche ! Nan nan c'est vrai, me regarde pas avec ces yeux là hein !
Et donc ... OH MY FUCKING GOOOOD QUE JE LOOOVE TON PERSO & ton écriture

Juste une question avant validation : la schizophrénie de ton perso en fait c'est un pouvoir ? Comme la blonde dans Heroes ?

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:42

Oh j'aime déjà ce surnom
Merci pour le compliment, enfin j'ai quand même des idées bizarre (je suis pas cinglé pour rien )

Et bah oui, je pensais faire ainsi pour deux raisons : - la flemme de cherché un autre pouvoir
-puis ça donne à Nyle une autre dimension dans la vie de Yasha ^^

Revenir en haut Aller en bas


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 28
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:46

Pitit Schizo ? Alors adopté 8D

MOUAHAHAH des idées bizarres ♥ Cinglé parmi les cinglés t'inquiète t'es à la maison làààà HUHU

Ta première raison est acceptable rien qu'elle seule : flemme ... OK !!!
Niarf d'acceurd dans ce cas je l'ajoute au répertoire des dons pris ^^

& je te met dans les deux groupes ; sorciers et fous, avec la couleur des fous ? :D

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:52

Yeahhhh papa maman je suis de retour MWAHAHAHAHAHAHAHAH
A votre place j'aurais peur

Ahlalala j'adore les fonda jolie, sympathique et qui comprennent à quel point peut être naturelle chez quelqu'un ! ;)

Ouais ça serait parfait
Revenir en haut Aller en bas


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 28
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:56

Tout est P.A.R.F.A.I.T alors !!! je te valide mon pitit schizo

et même pas peur d'abord

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Ven 5 Nov - 21:59

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Feu
Revenir en haut Aller en bas


SADDIE-LOU
Trust me, I'm dangerous.


avatar

SADDIE-LOU☠ Trust me, I'm dangerous.
••••••


♦ Messages : 1741
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Particularités : Possibilité de se transformer en eau et en feu (totalement ou une partie de son corps). Peut contrôler les émotions des autres, et toutes les autres capacités des sorciers.
♦ Localisation : A Bodie, et c'est bien parce que je n'ai pas le choix !




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Les sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   Sam 6 Nov - 8:14

rebecca c. hemilgton a écrit:

*m'en vais lire ta fiche mon canard en sucre allégé*

Oh pinaise...elle a piqué mon surnom !! SUS A REBECCA

Bienvenue chez toi alors Yasha Zarbie

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

••••••







MessageSujet: Re: Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est des âmes troublées qu'on ne peut sauver ~ Nyle Yasha Kowalski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Man's Land V1.2 :: A présent, il est trop tard pour reculer. :: Présentations :: Il est trop tard !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit