Alors que vous étiez sur une route sombre, dans un village abandonné, vous vous êtes retrouvés bloqués, dans l'incapacité total d'aller plus loin. Comment faire à présent, alors que d'étranges êtres vous entourent ?
Graphic Eternity  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
APRES DEUX ANS, JOUR POUR JOUR, D'EXISTENCE, NO MAN'S LAND FERME SES PORTES ! MERCI A TOUS CEUX QUI ONT PARTICIPES D'UNE MANIERE OU D'UNE AUTRE A L'ACTIVITE DU FORUM ! Pour en savoir plus rendez-vous ici. Rejoignez nous dès maintenant sur nos autres forums : Closer to the edge, Kings & Queens et Night of the hunters !

Partagez | 
 

 William Léonard Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 20:46

© LiveJournal

Identity card

Je m'appelle William Léonard Duncan, mais je me fais appeler Léo. On dit que j'ai la trentaine mais en réalité j'ai 394 ans. Je suis née le 04 Novembre 1616 à Aberdeen, Ecosse. Avant d'atterir à Bodie j'étais mort. Je suis un garçon, je suis veuf et je suis bisexuel. J'appartiens aux chaînes et boulet. C'est un personnage inventé.
© DEL♦PHIE

© LiveJournal

Behind the computer

En réalité, je m'appelle XY mais sur le net, je me fais appeler Aeyris, pour passer inaperçu. J'ai 17 ans et je viens de France. J'ai découvert le forum grâce à un membre, je le trouve génial. Je me connecte tous les jours. Pour mon avatar, j'ai choisi de prendre Robert Downey Jr., magnifique n'est-ce pas ? Oh et j'ai trouvé le code du règlement, c'était trop facile pour moi, c'est "Kaylee a validé le code". Je voudrais juste dire : c'est bôw !

Tell me who you are

Des années de réflexion m’ont amené à un fait indiscutable ; je ne suis pas parfait, loin de là. Je traîne avec moi quelques qualités, mais aussi beaucoup de défauts. Et comme il sera beaucoup plus évident de voir mes défauts que mes qualités, je ne vais parler ici que de ces défauts. D’un autre côté, je ne me suis trouvé quasiment aucune qualité, ce qui facilite grandement la tâche…

Séducteur ♦ Je ne suis pas affreux, bien au contraire, et j’en suis conscient. De ce fait, j’ai toujours aimé séduire les demoiselles, et les hommes, et, pour la plupart, ilss me le rendaient bien. Devenir un fantôme n’a rien changé à cela, même s’il se posait quelques problèmes techniques lorsque je n’arrivais pas encore à me matérialiser.
Manipulateur ♦ J’ai souvent manipulé pour parvenir à mes fins. Des femmes, principalement, pour attirer les vampires dans des pièges. Et, pour cela, je n’ai jamais eu besoin de leur hypnose, mon seul charme suffisait amplement. Et, avec le temps, cela m’a plut, et je n’ai jamais eu envie d’arrêter ça, bien au contraire. Et maintenant que je suis mort, et que je peux apparaître à volonté, c’est beaucoup plus… excitant.
Egocentrique ♦ J’ai rarement pensé aux autres. Le pourquoi du comment, je ne sais pas, c’est simplement parce que je suis comme ça. Je n’ai pas perpétué la tradition familiale pour sauver des vies, ou pour faire plaisir à ma famille. Je pensais surtout que ça me permettrait d’être reconnu, admiré. Mais ça n’a jamais été le cas. En bref, sauver la veuve et l’orphelin, ce n’est pas vraiment mon genre. Surtout pour l’orphelin.
Impulsif ♦ J’ai toujours agis en suivant mon instinct, plutôt que des plans préparés à l’avance. Ce qui m’a valu pas mal de déconvenues, comme, par exemple, le moment où je me suis fais planté… par mon propre pieu. Et, de côté-là, je ne me suis jamais arrangé, pas même après ma mort…
Arrogant ♦ Sans doute le pire de mes défauts, celui qui me vaut le plus de problèmes. Je suis d’une arrogance infinie, et d’une insolence à toute épreuve. Je rabaisse les autres autant que je peux, ce que je fais de mieux en mieux depuis qu’ils ne peuvent plus me toucher.

Are you special ?

Autant le dire immédiatement, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de personnes comme moi. Je suis presque unique, en fait. J’ai l’air en pleine forme, plein de vie, et tout ça… Mais c’est faux, puisque je suis… mort. Oui, vous n’hallucinez pas, je suis bel et bien mort. Mais ils n’ont pas voulu de moi, au Paradis, ou en Enfer, c’est sans importance, et je suis revenu sur Terre pour hanter les vivants. Ce que je fais admirablement bien, je dois l’avouer. Être mort me confère de nombreux avantages que je n’aurais jamais imaginé possibles.

Tout d’abord, il faut savoir que de mon vivant, je chassais les vampires. Et la pire chose qui pouvait m’arriver était leur satanée hypnose. Aujourd’hui, c’est du passé, puisque ça n’a tout simplement aucun effet sur moi. De même que toutes les attaques mentales que peuvent lancer les sorciers. Je peux apparaître et disparaître quand ça me chante, où ça me chante. Et, bien sûr, on ne peut pas m’attaquer physiquement.

Sauf quand je me matérialise. La durée n’est pas énorme, mais elle augmente avec le temps, et la maîtrise. Je dois tourner à environ un quart d’heure supplémentaire tous les vingt ans. Ce qui me fait, à mon âge, environ cinq heures moins cinq de matérialisation…
Tell me how you are

Malgré ce que tout le monde peut dire sur moi, je prends mon apparence très au sérieux. J'ai beau ne penser qu'à moi, être égoïste, et tout le reste, je me fais un devoir de plaire à la gente féminine. Et, pour cela, il n'y a qu'une seule solution ; soigner autant que possible mon apparence. Inutile cependant de chercher une quelconque trace de produits bizarres ou d'épilation...

Visage ♦ Parlons tout d'abord de mes cheveux. Aussi sombres que la nuit, leur coiffure a toujours été largement négligée, et il en résulte une coupe toujours en bataille. J'aime cette coiffure, et je ne le changerai pour rien au monde. Je suis banal, dans le sens où la couleur de mes yeux accompagne celle de mes cheveux comme la majorité des personnes, des yeux bruns. J'ai toujours voulu changer ce détail, j'ai toujours préféré les yeux clairs. Mais Mère Nature n'en a pas voulu, et j'ai fini par m'y habituer. Je ne possède pas une mâchoire carrée, mais mes fossettes me donnent une allure plus... athlétique que maigrichon, dirons-nous. Inutile non plus de me demander de me raser, depuis plus de trois cents ans, j'arbore une barbe de trois jours, et même si je peux changer, je m'y suis trop habitué pour l'enlever. Pour finir, quelques rares rides discrètes me parcourent le front, mais il faut s'y pencher à la loupe pour les apercevoir.

Morphologie ♦ Je ne suis ni trop grand, ni trop petit. Dans la moyenne, encore une fois, avec mon mètre soixante-quinze. J'ignore toutefois mon poids, et je pense pouvoir dire que je ne pèse plus rien, maintenant. Je ne suis cependant pas le plus fin du monde, malgré ce que mes bras et mes jambes laissent penser. Autrefois, j'étais relativement musclé, de par mon travail, et, avec le temps, j'ai perdu quelques unes de mes formes, malgré des pectoraux et une ceinture abdominale toujours en bonnes formes.

Style vestimentaire ♦ Parler des divers styles arborés pendant ma vie, et ma mort, serait beaucoup trop long, et beaucoup trop ennuyeux. Il faut simplement savoir que, durant ma vie humaine, j'étais bien souvent habillé de manière chic, montrant ma situation sociale au sein de la population d'Aberdeen. Je n'ai, même après ma mort, jamais négligé ce côté-là de ma personne, malgré les divers changements que j'ai pu opérer, et qui ont toujours suivi les courants de la mode, si l'on peut dire. Je me changeais toutefois très peu, puisqu'il me fallait pour cela me matérialiser, ce que je n'arrivais pas à faire très longtemps, auparavant. Aujourd'hui, cependant, je tiens assez longtemps, et il m'arrive de changer plusieurs fois en une semaine. Mon choix va cependant le plus souvent vers le traditionnel trois-pièces. Ou un simple jean avec une chemise. Tout dépend de mon humeur, en fait.

Are you strange ?

Ma principale particularité, c’est que, techniquement, plus rien ne fonctionne. Pas de cœur qui bat, pas de muscle qui se contracte. Je ne sais même pas si je peux dire que j’en ai. Je ne pense pas en avoir, je ne suis qu’un esprit. En fait, ma particularité serait que je n’ai pas de corps, puisqu’en 300 ans, il a largement eu le temps d’être mangé par les vers.

Mis à part ce léger détail, j’ai d’autres particularités physiques. A commencé par cette horrible cicatrice que m’a laissé un vampire, au niveau du cou. J’en ai aussi une au niveau de l’abdomen ; un pieu, qui s’est retourné contre moi, et qui a failli me coûter la vie.

Dernière particularité, et non des moindres, je ne vieillis plus. Donc je garderai à jamais mon apparence. En même temps, difficile de vieillir, quand on est mort…




©crédit signature (Sour Yesterday)

A présent, on veut tout savoir à propos du passé de votre personnage. Racontez-nous, tout, de sa naissance à aujourd'hui. N'hésitez pas à étoffer tout ça en citant quelques anecdotes, en détails. On vous demande de faire un minimum de 25 lignes, complètes, pour cette partie, ce qui n'est pas rien. Mais on compte sur vous ;)


Dernière édition par W. Léonard Duncan le Ven 29 Oct - 16:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 20:46


Chapitre I. Aberdeen, 1646.

Mon nom est William Léonard Duncan. Mon travail consister à traquer, localiser, et tuer les créatures surnaturelles qui peuvent se présenter en ville. Mes outils changent d'une proie à l'autre. Le pieu et le feu pour les dents longues, et l'argent pour les boules de poiles. Ces deux espèces, que tout le monde connaît à travers les contes et légendes, sont mes proies favorites. Féroces, résistantes, chaque traque est suivie d'un doute ; qui est la proie, et qui est le chasseur ? Cette fois-là, la proie, c'est moi...
© Barda


Il fait plutôt beau, en cette soirée hivernale. Ce qui est plutôt rare pour cette saison. La nuit est tombée depuis maintenant une heure, et je suis encore chez moi, me préparant pour mon rendez-vous. Je dois me dépêcher, il ne me reste plus que quelques minutes, et je sais que je ne dois pas faire faux bond à la demoiselle. Après tout, cette soirée s'annonce inoubliable ; après de nombreux mois, je vais enfin pouvoir tuer cette femme, lui planter un pieu dans le coeur, et la regarder se dessécher, et mourir. Je dois avouer que le terme n'est pas vraiment approprié ; plutôt que femme, je devrais dire créature, monstre, ou encore vampire. Toujours est-il que ce soir, je débarrasserai enfin le monde de cette immonde créature venue tout droit des ténèbres, ce même monde qui restera une nouvelle fois dans l'ignorance la plus totale quant à l'existence de créatures surnaturelles. Mais ce n'est pas plus mal. La grande majorité est suffisamment stupide pour se penser chasseur de vampire uniquement parce qu'ils ont lu des bouquins leur disant que les suceurs n'aiment pas l'ail ou la croix. Et l'autre partie serait suffisamment trouillarde pour paniquer. Non, mieux vaut qu'ils n'en sachent rien, et que je continue mon travail, tranquillement, loin de leurs agitations...

Je termine de me préparer, et pose une touche de parfum. Quitte à jouer le jeu, autant le jouer jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'elle meurt. Je sors de mon domicile, et reste immobile. Elle doit venir chez moi, ce soir. Nous serons seuls, éloignés de la ville, et je possède tout ce dont j'ai besoin. Rien ne pourra m'empêcher de l'arrêter... Une dizaine de minutes s'écoule, et j'aperçois enfin la demoiselle arriver. Elle est belle, je dois l'avouer, et je me prends à me dire que si elle n'avait pas été un monstre, je serai peut-être tombé sous son charme. Peut-être. En bon gentleman, je l'accueille dans ma demeure...

    « L E O » Satine, n'est-ce-pas ? Dîtes-moi donc, qui êtes-vous ? Une malheureuse innocente, ou tout le contraire ?


Nous sommes installé à table, l'un en face de l'autre. Et nous arrivons dans les derniers instants de ce repas. Mon pieu est en place, mes muscles sont prêts à se tendre, ma concentration sans faille. Quoi qu'elle dise, quoi qu'elle fasse, je sais qu'elle est un vampire, et je sais qu'elle ne sortira jamais de cette pièce vivante. Je me lève d'un bond, le pieu en avant, prêt à lui transpercer le coeur...

Et tout va à une vitesse hallucinante. L'instant d'après, je me retrouve à terre, sur le dos. Le pieu est non loin de moi, et le vampire est assit sur moi, les crocs en avant. Je n'avais pas prévu cela, je dois l'avouer. Je tente de tirer le bras vers le pieu, mais je ne parviens qu'à le frôler. Ce qui n'est pas assez, puisqu'elle ne loupera pas ma gorge...




Chapitre II. Londres, 1666.

Mon aventure avec ce vampire ne s'est pas terminée de la meilleure des façons. Elle est toujours en vie, et moi, je suis mort... Mon histoire aurait du s'arrêter là ; mon fils n'aurait très certainement pas suivi le chemin de notre famille, et ma mort resterait à tout jamais in vengée. Mais c'est sans compter sur les plans du Seigneur, s'il existe. Je suis revenu sur Terre, avec des pouvoirs que je n'aurais jamais rêvé posséder, et une envie, une seule... Tuer ce vampire, que je cherche sans relâche...
© Cheshire


Cela fait maintenant vingt ans que je suis mort, vingt longues années durant lesquelles je n'ai cessé de traquer et d'éliminer des vampires, améliorant au passage les capacités que j'ai pu obtenir en revenant. Je peux à présent apparaître et disparaître à volonté, et aller d'un point à l'autre en un clin d'oeil. Et les vampires ne peuvent plus m'influencer. Je suis devenu, en quelque sorte, le pire cauchemar des dents pointues. Et ils ne savent jusqu'où je peux aller pour les annihiler...

Londres, 1666. Selon l'un des vampires que j'ai tué durant ma traque, ma meurtrière se trouve ici, dans cette ville. Peut-être qu'elle est ici, peut-être pas. Mais je n'ai que faire de savoir si elle est ici. Voilà plusieurs que je suis ici, et j'ai pu constater la présence de très nombreux vampires, notamment dans le quartier pauvre de la ville. Tous doivent mourir, aucun d'eux ne doit survivre. Et je compte bien faire en sorte que cela arrive bel et bien.

La nuit tombe, alors que je traverse les rues du quartier pauvre de Londres. Ces gens qui rient, qui s'amusent, malgré le froid. S'ils savaient ce qu'ils allaient vivre, dans quelques minutes seulement... Mais je n'ai guère le temps d'y penser, ma priorité va et doit aller vers les vampires qui vivent dans cette zone. Avec un peu de chance, les autorités ne sauront pas où donner de la tête, et le feu pourra se propager dans la ville entière, la nettoyant de ces déchets que sont les vampires.
La boulangerie. J'arrive enfin au lieu où tout va commencer. En quelques secondes, pas même une seule seconde à vrai dire, je me retrouve dans l'arrière boutique. Je jette un coup d'oeil autour de moi ; rien qui ne puisse empêcher un incendie de se faire. Le brasier du four est toujours là, et il ne suffirait que d'un tout petit accident pour que tout ceci s'enflamme. Ce qui va forcément se passer, lorsque je parviens à embraser un morceau de bois, que je jette aussitôt dans la pièce, près du mur en bois. Alors que j'entends le boulanger arriver, je disparais, réapparaissant à quelques mètres seulement de la ville, d'où je peux assister au spectacle...

Le temps défile, et de plus en plus de maisons sont touchées par l'incendie. Ceux qui dormaient n'avaient aucune chance de survivre à ça, et ceux qui ne dormaient pas n'auraient certainement pas le temps de fuir. Sauf un, que j'aperçois venir dans ma direction. Il a une jambe en partie brûlée, et ne tient quasiment pas debout. C'est lorsqu'il arrive tout près de moi que je constate qu'il s'agit d'un vampire...

    « L E O » Félicitations, je ne pensais pas que l'un d'entre vous puisse s'en sortir...
    « V A M P » Cet incendie... C'est toi ?
    « L E O » Magnifique, n'est-ce-pas ? Mais laisse moi donc me présenter... William Léonard Duncan, tué par un vampire, revenu sur Terre, et... chasseur de vampires.


Sur ces mots, je m'approche de lui, et, d'un geste rapide, lui plante un pieu directement dans le coeur. Je le regarde alors s'effondrer sur moi, puis s'écrouler, littéralement, sur le sol. Je jette un dernier regard sur la ville, en proie aux flammes, avant de me retourner et partir, le sourire aux lèvres. Elle n'était pas ici, ce soir, mais je finirais bien par la retrouver, et la tuer...


Dernière édition par W. Léonard Duncan le Lun 25 Oct - 22:11, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 20:46


Chapitre III. Aberdeen, 1636.

En temps normal, je suis loin, très loin, d'être nostalgique. Mais je dois avouer qu'en étant éveillé chaque heure de chaque jour, je me prends à penser à ce qu'était ma vie, avant que je ne meurs stupidement. Parce que ma vie n'était pas que chasse aux démons ; j'avais une femme, des enfants. Mais tout cela, je ne l'ai plus. Ils doivent être morts depuis bien longtemps. Aujoud'hui, je vis ma vie (enfin, façon de parler), sans me retourner vers le passé. Sauf aujourd'hui...
© Barda


    « . . . » Dis-moi, grand frère, quand pourrais-je moi aussi partir à la chasse ?
    « L E O » Quand tu sera en âge de le faire. Tu es encore trop jeune.
    « . . . » Tu avais pourtant mon âge, lorsque tu a commencé.
    « L E O » Les circonstances étaient différentes, à ce moment-là...


Je ne laisse pas le temps à mon frère de répondre, et l'envoie vers la maison, afin de chercher notre père. La maison se trouve éloignée de la ville, et seul un petit chemin ascendant permet de nous rejoindre. Ceci n'a pas été fait au hasard puisque, de là, nous pouvons voir de loin toute personne arrivant. Une sécurité à ne pas négliger, selon mon père. Qui n'arrive toujours pas. Après avoir observé pendant quelques secondes le seuil de la maison, dans l'attente de le voir apparaître, je me retourne finalement de l'autre côté, juste à temps pour voir s'arrêter deux chaises à porteurs s'arrêter. Silencieux, immobile, je regarde les porteurs poser les chaises. L'un d'eux s'en va vers la porte, l'ouvre, et aide une femme, plutôt âgée, descendre. Un autre fait de même à côté, laissant cette fois sortir une jeune femme tout ce qu'il y a de plus ravissant pour les yeux.

    « L E O » Dame Fennella... Dame Moira.
    « ' E L L A » Vous devez être Léonard, je suppose. Ma fille m'a raconté de quelle façon vous l'avez sauvé de la vermine.
    « L E O » Il était de mon devoir de lui venir en aide.
    « . . . » Dame Fennella... Votre arrivée ici a fait beaucoup de bruits.


Je me retourne, et m'aperçois que mon père vient de quitter le domicile. En quelques pas, il se retrouve à mes côtés, mon frère étant non loin derrière. Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire en m'apercevant à quel point il dévore Moira du regard. Tout comme moi. Mais je n'ai guère le temps d'y penser, les paroles de mon père me faisant tout simplement sortir de mon esprit.

    « . . . » Léo, qu'attends-tu pour faire visiter les lieux à cette charmante demoiselle ? Ne sois pas si impoli, dépêche-toi.
    « L E O » Oui, Père. Si vous voulez bien me suivre...


Je me décale de quelques pas, et m'incline légèrement lorsque Moira passe devant moi. J'aperçois un léger sourire se dessiner sur ses lèvres au moment où elle se retourne et semble faire comme si elle m'attendait. Je me redresse, et nous commençons à marcher, pour faire le tour de la propriété. Bien évidemment, la propriété ne l'intéresse guère, et, tout le long du trajet, elle ne fait que parler de sa vie, de ce qu'elle a fait, de ce qu'elle a connu. Quant à moi, je reste silencieux, me contentant, simplement, de la dévorer du regard.

    « M O I R A » Et vous, n'avez-vous jamais eu envie de briser les interdits ?
    « L E O » Pardon ? Oh, les interdits... J'ai déjà brisé les interdits, et plus d'une fois...
    « M O I R A » Quelle chance vous avez. Je suis persuadée que Mère me tuerait si elle apprenait que j'avais fais quelque chose qui ne lui plairait pas.
    « L E O » Et qu'est-ce qui ne lui plairait pas ?
    « M O I R A » Je n'y ai jamais vraiment réfléchi...


Je reste silencieux, tandis que notre marche continue autour de la propriété. Combien de temps s'est-il écoulé depuis que nous avons quitté nous parents pour visiter la propriété ? Je ne sais pas, mais il semble avoir été particulièrement long, en témoigne le ciel qui commence à prendre la teinte du soleil couchant. Mais je ne m'en soucie guère, et nous continuons d'avancer, nous éloignant toujours un peu plus de la maison. Ce n'est finalement que lorsque je m'aperçois que le ciel commence réellement à s'assombrir que je me tourne vers Moira, pour lui informer qu'il valait mieux rentrer, avant qu'ils ne s'inquiètent. Elle m'intime toutefois l'ordre, si l'on peut dire, de ne pas parler, avant de me montrer un bâtiment du doigt.

    « M O I R A » Fait-il partie de vos propriétés ?
    « L E O » Oui. Il servait autrefois de maison d'accueil pour les voyageurs qui passaient par là. Mais lorsque mon père a reprit les droits de propriété, il a refusé de continuer à accueillir les gens, et ne l'a jamais utilisé.
    « M O I R A » Pourquoi ne pas l'avoir détruit, tout simplement ?
    « L E O » J'ai l'intention de m'éloigner de la famille, tout en restant prêt d'elle. Je compte y vivre, une fois les travaux terminés.
    « M O I R A » Avez-vous commencé ?
    « L E O » Oui...
    « M O I R A » Me permettrez-vous d'y jeter un oeil, avant que nous ne rentrions ?
    « L E O » Ce serait avec plaisir. Mais faîtes attention, le sol est fragile par endroit.


Il me semble qu'elle n'ait pas écouté mon avertissement, tant elle semble obnubilée par la demeure. Ce que j'ai été en la voyant pour la première fois, je dois bien l'admettre. La maison est située en hauteur, par rapport à la maison principale, et, du seuil de la porte, nous pouvons aisément observer les fenêtres du bâtiment, ainsi que les ombrent dansantes au gré des lueurs des bougies. Je l'observe quelques temps, avant de revenir à moi. Lentement, j'ouvre la porte et entre m'assurer que l'entrée soit bien sûre, avant d'inviter la jeune femme à entrer à son tour. Rares sont les pièces à ne pas être pleines à ras-bord d'outils, et la seule pièce vivable se trouve à l'étage. Je jette un oeil en direction de Moira, qui reste silencieuse, contemplant le chantier. Qu'en pense-t-elle ? Rien de très bien, sans doute, elle qui doit avoir l'habitude de vivre dans des endroits où tout le confort est déjà présent. Mais il n'en est rien, et l'étincelle dans ses yeux permet de penser que cela lui plaît, ou qu'elle imagine quelque chose de plaisant pour le futur de cette maison.

    « M O I R A » Quelles pièces avez-vous prévu de faire, ici ?
    « L E O » Le salon et la cuisine. Les pièces seront vastes, le reste se trouvera à l'étage.
    « M O I R A » Et avez-vous déjà terminé quelques pièces ?
    « L E O » Une seule, la chambre. J'ai commencé par la chambre, pour pouvoir dormir ici lorsque je suis trop fatigué pour redescendre. Il n'y a qu'un simple lit pour le moment, mais j'ose espérer qu'elle contiendra plus de meubles à l'avenir.


Sans un mot, elle monte les escaliers. Les escaliers craquent légèrement, et je décide de la suivre, pour éviter tout incident. Lorsque je parviens à mon tour à l'étage, je la vois parcourir le couloir, regardant très certainement chaque pièce par la porte ouverte. Et elle s'arrête finalement, devant ce que je pense être la chambre. Elle comme moi restons immobile, et je dois mettre plusieurs secondes avant de réaliser qu'elle vient de rentrer dans ma chambre. Et je mets quelques secondes de plus avant de me rendre compte que je devrais aller voir ce qu'elle y fait. Lorsque j'entre dans la pièce, je la vois assise sur le lit, le regard plongé sur moi, tapotant légèrement le lit, comme pour me demander de m'assoir. Ce que je fais.

    « M O I R A » Dites moi. Quelles sont les interdits que vous avez brisé ?
    « L E O » Je n'oserais le dire...
    « M O I R A » Vous savez, quand vous m'avez demandé ce que mère n'aimerait pas que je fasse... Je pense avoir trouvé ce qu'elle détesterait par dessus tout.
    « L E O » Qu'est-ce ?


Et, pour toute réponse, je la vois se pencher vers moi, et poser ses lèvres contre les miennes. Ainsi donc, c'était ça, son interdit ? Un interdit que j'ai déjà brisé, à plusieurs reprises. A la différence que cette fois-là, ce n'est pas moi qui fais le premier pas. Tant pis, je ne compte pas refuser une telle invitation. Plaçant ma main sur sa joue, je lui rends le baiser, avant qu'elle ne commence à retirer les boutons de ma chemise...


Dernière édition par W. Léonard Duncan le Mar 26 Oct - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 20:47


Chapitre IV. Kansas City, 1992

De mon vivant, je pensais que seuls les vampires existaient. C'était ce que mon père m'avait dit, et, à l'époque, je n'avais aucune raison de ne pas le croire. Mais, depuis ma mort, et depuis que j'ai su que les fantômes étaient tout aussi réels que les vampires, je me suis intéressé aux autres légendes. Peut-être y avait-il d'autres créatures, restées dans l'ombre. Et c'est en 1992, lorsque je suis arrivé aux Etats-Unis, que j'ai connu une espèce souvent citée aux côtés des vampires, mais que je n'avais jamais rencontré jusque-là ; les lycanthropes.
© HeavySlim


J'aperçois les premières lueurs du soleil traverser l'épais rideau. Un nouveau jour commence, ou peut-être l'ancien continue-t-il. Je n'en sais rien, j'ai perdu toute notion du temps depuis ma mort, et depuis que je ne peux plus dormir. Pour moi, une seule journée s'est écoulée depuis que je suis mort, une longue, très longue journée. Mais en réalité, trois cent quarante-six ans se sont écoulés depuis que je suis passé de vie à trépas. Comme le temps passe vite...

Alors que je me concentre sur ce faible halo qui tente désespérément, et vainement, de traverser le rideau, j'aperçois un léger mouvement sur le côté. Sans attendre, je tourne la tête, pour voir une femme, assise sur le lit. Tandis qu'elle laisse échapper la couverture de ses mains, je ne peux m'empêcher de la contempler. Sa peau claire s'accorde parfaitement avec ses mèches dorées, et ses yeux verts ne font qu'amplifier cette beauté. Et que dire des formes de son corps... Je n'hésite pas à dire que j'ai croisé la perfection, concernant le physique de cette femme. Dommage que le caractère ne suive pas : trop émotive, trop attachée aux gens, et, surtout, beaucoup trop naïve pour survivre dans un monde comme celui-là. Mais il semblerait qu'elle m'aime, et qu'elle me fasse suffisamment confiance pour croire ce que je lui dis. Ce qui m'arrange bien...

Nous restons tous deux silencieux, nous contentant de nous regarder, tout simplement. Je peux lire en elle comme dans un livre ouvert, et tout ce que je peux lire, c'est son amour pour moi. Mais je ne l'aime pas, et ne l'aimerais certainement jamais. Elle n'est qu'une fille de plus qui a succombé à mon charme, et que j'utilise comme j'en ai envie. Non, sa seule différence vient de sa nature. Elle n'est pas humaine, et je l'ai compris dès l'instant où je l'ai vue. Elle est plutôt, comme tout le monde l'appelle, un loup-garou. Une femme capable de se transformer en loup une fois la lune pleine, et qui peut affronter un vampire d'égal à égal. Ce dont j'avais besoin pour achever les vampires qui se mettaient en travers de ma route.

    « L E O » Bien dormi, Anna ?
    « A N N A » Oui... Tu ne dors jamais ?
    « L E O » Un mort n'a pas besoin de dormir.


J'esquisse un léger sourire, qui suffit, semble-t-il, à rendre la jeune femme de bonne humeur. Dès le premier soir, elle m'avait raconté son histoire, comment elle était devenue un Lycan, comment elle avait perdu ses parents suite à une transformation qui a mal tourné, et comment elle était rejetée de partout, parce qu'elle ne pouvait expliquer ses différences. J'avais été le seul, à ce moment-là, à la comprendre, à l'écouter. Ou, du moins, à faire semblant de le faire. Et elle s'était mise en tête qu'il y avait quelque chose entre nous deux. Ce que je n'ai jamais nié ouvertement...

Je dévie finalement le regard, pour le plonger une nouvelle fois sur le rideau. La couleur a changé, signe que le soleil est à présent levé. Je m'approche de la fenêtre, et, d'un coup brusque, je retire la seule chose qui me protégeait du soleil, le rideau. Un léger toussotement me fait me retourner. Anna est à présent assise sur le bord du lit, avec la couverture pour seul habit. Elle me demande de refermer le rideau, et tapote ensuite sur le lit, à côté d'elle, comme... Moira. Je ferme un instant les yeux, comme pour réfléchir, et ferme le rideau d'un geste. Et je m'assoit, à côté d'elle, le rideau plongé sur le sol. Elle me demande de prendre une consistance solide. Ce que je parviens à faire, grâce à des années d'entraînement. Et elle se couche, retirant le drap, et m'emportant avec elle...

Quelques heures plus tard, je la vois enfin se réveiller. Doucement, je me pose sur elle, les genoux posés de chaque côté de son corps. Rapidement, son regard surpris, mais pétillant, laisse place à une angoisse sans pareil, une terreur absolue. Dans mes mains, un couteau en argent. Et mes yeux restent braqués sur elle.

    « L E O » Je suis mort en 1646. Dix ans avant de mourir, j'avais rencontré une femme, elle était blonde, elle avait les yeux verts, et était d'une telle beauté... Un peu comme toi. La première fois que nous nous sommes croisés, c'était à Aberdeen, en Ecosse. Et nous avons continué à nous voir, jusqu'à ce que sa mère ne décide de venir nous voir, pour voir à quoi ressemblait celui qui a sauvé sa fille de vermines. J'avais une maison en construction, non loin de la demeure principale. Et cette fille, Moira, voulait la visiter. Je n'ai pas pu le lui refuser. Je n'ai rien pu lui refuser, jusqu'à ce qu'elle finisse par arriver dans ma chambre, s'installer sur le lit, et tapoter légèrement dessus, pour m'inviter à m'y assoir. Comme tu a fais, tout à l'heure. J'ai eu deux enfants avec elle, et nous étions mariés, quand un vampire m'a tué, et nous a séparés. Et toi, je te demande une chose simple ; tuer des vampires. Et je m'aperçois que tu ne le fais pas, que tu ne veux pas le faire. Je pensais que tu m'aiderais, que tu me comprendrais comme moi je t'ai compris. Que je pourrais me concentrer sur le vampire qui m'a tué, et te laisser les autres. Mais non, il a fallu que tu n'en fasse qu'à ta tête. Trois fois, trois fois que je dois repasser derrière toi. C'est trop, tu ne m'es aujourd'hui d'aucune utilité. Adieu.
    « A N N A » S'il-te-plaît, non...


Des larmes coulent de ses yeux, trop de larmes. Mais je n'en ai que faire. Elle n'est qu'un outil à ma disposition, un chien de garde. Et lorsqu'un outil n'est plus utile, on le jette, ou on le détruit. Pour ma part, j'ai décidé de détruire cet outil. Et je n'ai aucune pitié lorsque je plante le couteau dans la peau blanche de la jeune femme, lui laissant échapper un cri d'agonie. Le coeur est transpercé, l'argent est fatal pour elle. Elle meurt en quelques secondes. Je me lève, me dirige vers la porte, et la regarde quelques secondes. Aucun regret, aucun remord, elle était devenue inutile, comme un outil brisé, et je me devais de m'en défaire avant qu'elle ne devienne un poids trop gênant. Je disparais de la pièce, alors que la porte s'ouvre...


Dernière édition par W. Léonard Duncan le Ven 29 Oct - 14:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 20:52

Bienvenue. :)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 21:02

Merci. (:
Revenir en haut Aller en bas


    Satine
    Sadistic & Crazy Vampire


avatar

••••••


♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 26/09/2010




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge:
♦ Groupe:
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 21:06

Bienvenue Clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

••••••


♦ Messages : 101
♦ Date d'inscription : 03/10/2010




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: En apparence, 23 ans. Mais j'ai en réalité 488 ans.
♦ Groupe: Les dents pointues! Muah ah ah!!
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 21:10

Bienvenuuuu!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 21:16

Merci à toutes les deux. =D
Revenir en haut Aller en bas


The Own of a VAMPIRE is to KILL


avatar

••••••


♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 25/09/2010
♦ Age : 30




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 757 ans
♦ Groupe: Vampires
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 23:08

Bienvenue!!!! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 23:30

Bienvenue sur le forum :)
Ton début de fiche est très intéressante, j'ai hâte de la lire une fois terminée ! :)
Donc, bonne chance ;)

Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 23:32

Merci. =D
Revenir en haut Aller en bas


Kendall ∙
    N'a peur de rien


avatar

••••••


♦ Messages : 320
♦ Date d'inscription : 16/08/2010
♦ Age : 28




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 29 ans
♦ Groupe: humains
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Dim 24 Oct - 23:36

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 8:52

Huhu, Robert. *o*

Comme dit précédemment, le début de ta fiche est très intéressant.
Bienvenue. (;
Revenir en haut Aller en bas


SADDIE-LOU
Trust me, I'm dangerous.


avatar

SADDIE-LOU☠ Trust me, I'm dangerous.
••••••


♦ Messages : 1741
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Particularités : Possibilité de se transformer en eau et en feu (totalement ou une partie de son corps). Peut contrôler les émotions des autres, et toutes les autres capacités des sorciers.
♦ Localisation : A Bodie, et c'est bien parce que je n'ai pas le choix !




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Les sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 9:02

Bienvenue parmi nous && merci de ton inscription (:
Bonne chance pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions :D
J'ai validé ton code
Très bon choix d'avatar *0*

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Shut up ! & love me...now!


avatar

Shut up ! & love me...now!
••••••


♦ Messages : 1763
♦ Date d'inscription : 18/07/2010
♦ Age : 27
♦ Particularités : UC
♦ Localisation : Dans ton lit, sur ton toit, derrière toi ... Qui sait ?




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 21 ans
♦ Groupe: Sorciers
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 9:38

Bienvenue sur le forum
& merci pour ton inscription


Bonne chance pour ta fiche :D

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Je ferais une signature toute belle toute nickel par la suite Zarbie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 11:13

Du mââââle ! :D

Bienvenue chez monsieur & bonne chance pour la suite de ta fiche :D

J'aime aussi beaucoup le début, hâte de lire la suite ♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 11:22

Lauren S. Lewis a écrit:
Du mââââle ! :D


Merci à tous. =D
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 11:51

Heey, bienvenue et bonne chance pour la suite :D
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 14:09

Bienvenue sur le forum :)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Lun 25 Oct - 15:17

Bienvenue
Bonne Continuation pour ta fiche (:
Revenir en haut Aller en bas


Alaniel
Your best nightmare

avatar

••••••


♦ Messages : 386
♦ Date d'inscription : 16/08/2010
♦ Age : 21
♦ Particularités : Dites, si j'étais une suceuse de sang, vous m'en voudriez ?
♦ Localisation : Je suis là où je veux et c'est tout ! Bon d'accord, j'ai pas le choix mais en ce moment à Bodie ^^




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: Hum ... Un truc dans les 300 ans, pourquoi ?
♦ Groupe: Dents pointues ! Muhahaha !
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Mar 26 Oct - 9:25

WELCOME !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Mad MenLeave Me Alone

avatar

Mad Men ♣ Leave Me Alone
••••••


♦ Messages : 931
♦ Date d'inscription : 19/07/2010
♦ Age : 27




♦ WHO. I. AM. ? ♦
♦ Âge: 30 ans
♦ Groupe: I'am Mad !!!
♦ Relations:


MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Mar 26 Oct - 16:05

Ho RDJ !!! Ma meilleure amie serait folle XD

Bienvenue à toi !

*.*.*.*.*.*.*.*.*.*

Because I got nowhere to run
And nowhere to hide
I'm running from the enemy inside
I'll fight for my life
Because I want to survive
This is the end of me
I am the enemy
(c) gif by Lilie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Jeu 28 Oct - 8:11

Robert ♥

Bienvenuee! =D
Revenir en haut Aller en bas


Invité

avatar
Invité

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   Ven 29 Oct - 16:48

Terminé !
Avant toute chose, c'est normal si je ne parle pas de Bodie, je compte faire mon arrivée en ville en RP. Ange
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

••••••







MessageSujet: Re: William Léonard Duncan   

Revenir en haut Aller en bas
 

William Léonard Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Man's Land V1.2 :: A présent, il est trop tard pour reculer. :: Présentations :: Il est trop tard !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit